La question est posée
La question est posée

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !

Les Troupes stipendiées de l'ordre républicain sont arrivées ! (1°)

 

L’évacuation extrêmement brutale de migrants, lundi soir place de la République à Paris, laissés à la rue après la fermeture de leur camp à Saint-Denis la semaine dernière, a provoqué une forte indignation alors que les dérives autoritaires du gouvernement sont pointées depuis plusieurs semaines.

 

Sommes-nous dans un État policier ? Posons-nous la question !

Un régime dans lequel les autorités ont une grande liberté de décision concernant les citoyens.

L’État policier s’appuie sur la police pour surveiller la population et les éventuels opposants.

Malgré les exactions de certains policiers, je ne pense pas, que nous sommes dans un État fasciste.

 

Le traitement que les policiers ont infligé avec férocité à cet homme samedi soir est insoutenable et inhumain. On y voit un producteur de musique se faire frapper à coups de poings, de pieds et de matraques pendant de longues minutes par des policiers. Ce producteur de musique tabassé à Paris, avec des violences, mais aussi un faux rapport Vidéo.

 

Alors que des policiers interpellaient un homme pour non-port du masque, une vidéo les montre en train de le tabasser. Le parquet de Paris a ouvert une enquête. (Le Point)

 

Récemment, l’arrestation de journalistes lors d’une manifestation. L’évacuation très violente d’un campement de migrants place de la République à Paris lundi soir. La pareillement une vidéo a permis de voir des policiers faire « Du rentre-dedans » avec les pieds en avant et matraque, ou bien faire un croche-pied par un commissaire de police. Ce n’est vraiment pas digne de sa fonction.

 

C’est également la garantie de nos libertés, d’avoir le droit de filmer, et de photographier l’action de la police et autres autorités.

 

« Des images « choquantes ». Même pour le ministre de l’Intérieur. C’est dire… L’évacuation musclée de plusieurs centaines de migrants, lundi soir, place de la République à Paris, a scandalisé les partis politiques de gauche et du centre, une part de la majorité, mais aussi les syndicats et associations. « Scandaleux, hallucinant », pour le secrétaire national de la CFDT, Laurent Berger. « Un usage ostensiblement disproportionné de la force », pour le président des députés Modem, Patrick Mignola, pourtant allié principal des marcheurs dans la majorité. « Des violences vis-à-vis de réfugiés en situation extrêmement difficile et des violences vis-à-vis de journalistes qui commencent à s’accumuler dans le temps », a dénoncé de son côté l’eurodéputé EE-LV Yannick Jadot. » (Libération)

 

Des policiers qui outrepassent grandement les droits de la république. Nos caméras sont nos meilleures partenaires à de nombreux droits fondamentaux!

 

Depuis son arrivée Place Beauvau, Gérald Darmanin n’a cessé de flatter les policiers les plus extrémistes de la police. Le résultat est un désordre général sur fond de violences policières accrues. Par ses déclarations belliqueuses contre les médias, aussi par des signes significatifs aux syndicats. Où se disperse le racisme le plus abject contre les migrants.

 

Emmanuel Macron dénonce des images qui « nous font honte » et demande « une police exemplaire »

Le président demande au gouvernement de faire « des propositions » pour « réaffirmer le lien de confiance » avec la police après l’agression d’un producteur de musique par des policiers, samedi à Paris.

« Les images que nous avons tous vues de l’agression de Michel Zecler sont inacceptables. Elles nous font honte. La France ne doit jamais se résoudre à la violence ou la brutalité, d’où qu’elles viennent. La France ne doit jamais laisser prospérer la haine ou le racisme », a écrit Emmanuel Macron, vendredi 27 novembre, sur Facebook. (Le Monde)

 

Cette future loi, notamment l’article 24 de sécurité globale est fondamentalement inadaptée. Je pense qu’elle a dorénavant, moins de chances de voir le jour et d’être appliqué.

 

J’appréhende l’emploi de cette loi par un gouvernement autoritaire (à l’avenir) qui ne se privera pas de tout excès d’autorité.

 

(1°) Stipendiées, qui sont payé pour accomplir des basses besognes.

 

https://reporterre.net/Le-terrible-bilan-de-deux-mois-de-violences-policieres

 

Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 29 novembre 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Appel

Email